Histoire de la Construction // Intérêt Patrimonial // L'MATA

Intérêt Patrimonial particulier de la Distillerie

En Poitou-Charentes, près d'une vingtaine de distilleries d'alcool de betteraves s'installent à partir de 1860 pour la fabrication d'alcool industriel et la valorisation des récoltes des plaines de Niort et d'Aunis. Mais la production n'est pas très importante et les différents établissements ferment les uns après les autres, à l'exception des Distilleries de Melle, actuellement Rhône-Poulenc. Deux distilleries de ce type ont encore été bâties dans les années 1940, l'une à Ansac-sur-Vienne (Charente), l'autre à Saint-Pierre-de-Maillé (Vienne) ; la première ferme dans les années 1960, la seconde en 1972.

L'usine de St Pierre de Maillé est une des dernières distilleries construite en Poitou-Charentes, la seule et unique de la Vienne et de surcroît aujourd'hui la plus complète et la mieux conservée (dixit Pascale MOISDON, chercheur en patrimoine industriel au Service Régional de l'Inventaire de la DRAC Poitou-Charentes). La plupart des autres établissements de ce type cessèrent de fonctionner très tôt et furent transformés rapidement en dépendances agricoles, après démantèlement des installations. A St Pierre de Maillé la production ne s'arrêta qu'en 1972, date suffisamment proche de nous pour permettre la sauvegarde du matériel.

Elle a ainsi conservé, même si ce n'est que partiellement, un ensemble de machines et de procédés techniques qui offrent encore une lecture intéressante de son fonctionnement. De plus, le bâtiment possède une silhouette vraiment très singulière par rapport aux autres installations d'une architecture plus traditionnelle, ce qui conforte encore son intérêt. A partir de ce constat, une démarche de valorisation patrimoniale prendrait tout son sens. Par ailleurs, il n'existe dans la région aucun « lieu de mémoire ® concernant cette culture betteravière singulière et sa mémoire ouvrière propre.

Un site industriel rare, sauvé in extremis de la démolition

A la fermeture de la distillerie en 1972, la coopérative, dorénavant inutile, devint petit à petit une friche industrielle, dont le délabrement et la dégradation gagnèrent d'année en année. Squattée, pillée, vandalisée, l'usine se vidait de sa substance, devenant du même coup un lieu peu fréquentable et dangereux.

En 1999, un particulier racheta l'ensemble de l'installation. Profitant du terrain viabilisé et constructible, il mit en œuvre un projet de lotissements d'habitation, avec comme préalable, la démolition de l'usine. Certaines machines commen├žaient à partir à la ferraille, lorsque la banque opposa un refus concernant le prêt nécessaire à la poursuite du projet. La destruction fut stoppée nette et le site remis en vente.

C'est en 2002, qu'un collectif d'artistes et de techniciens du spectacle fit l'acquisition de la Distillerie dans son ensemble, avec le pari fou, de redonner âme et vie à ce lieu.

C'est de cette démarche volontariste de réinvestissement d'un élément fort du patrimoine industriel régional que découle le projet L'MATA (LIEU de MEMOIRE et d'ACCUEIL TOURISTIQUE ET ARTISTIQUE)

Textes et compilation de la mémoire ouvrière par Denis Menier

La Distillerie - photos